Regard sur la vieillesse

Aujourd’hui, le vieillissement et la perte d’autonomie sont bien souvent vécus dans le déni, ou alors très appréhendé. Pourtant, nous vivons de plus en plus longtemps, et le nombre de personnes de plus de 85 ans passera de 1,4 million aujourd’hui à 5 millions en 2060. L’avancée en âge est une tranche de vie durant laquelle interviennent parfois les premiers signes de la perte d'autonomie. Dès lors, les gestes autrefois simples de la vie quotidienne deviennent moins aisés.

Séniors et Aînés d’aujourd’hui

Avec l’allongement de la durée de vie, la société se cherche des qualificatifs pour définir ses différentes catégories de population.

Les séniors

Pour ce qui concerne la population des personnes ayant terminé leur activité professionnelle il est commun de parler de « séniors ».

Les séniors se situent plutôt dans une tranche d’âge de 60 à 75 ans. Ils sont en bonne santé et vivent encore majoritairement de façon très active. Beaucoup « vivent avec leur temps », font du sport. C’est aussi une tranche d’âge où l’on entreprend encore des voyages ou l’on s’occupe de son jardin, de l’entretien de sa maison et souvent de ses petits-enfants.

Les nouveaux seniors  

Avec l’arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite, les seniors représentent une part de la population française en large progression. Grâce à l’allongement de l’espérance de vie et les progrès de la médecine, le vieillissement n’est plus nécessairement associé à la dépendance mais se caractérise par des seniors de plus en plus autonomes exprimant désormais des besoins nouveaux.

Les seniors profitent davantage de leur temps libre, se lancent dans des projets épanouissants, partagent leurs connaissances avec les autres générations, se rendent utile, pour ainsi mieux s’intégrer au sein de la société et participer à son évolution.

Les aînés

Vient ensuite le moment de la vie où sans être dépendant physiquement on se découvre moins autonome et plus fragile. Les aînés peuvent éprouver un sentiment d’insécurité et avoir besoin d’être rassurés, d’être accompagnés et aidés dans l’accomplissement des gestes de la vie quotidienne.

Si aujourd’hui, les enfants souhaitent accompagner un temps leurs parents âgés rares sont ceux qui en ont la disponibilité ou qui en ont la possibilité matérielle ou logistique.

Le maintien à domicile est très largement plébiscité par les aînés tant qu’ils sont autonomes et encore en couple.  Malheureusement certaines situations mériteraient un meilleur accompagnement quotidien mais il n’est pas facile d’accepter ou de faire accepter la mise en place d’aides extérieures.

Heurus, une solution quand le maintien à domicile n’est plus possible

Chez Heurus, nous sommes en capacité d’accorder toutes les aides dont a besoin la personne en perte d’autonomie, lorsque le domicile isolé n’est plus adapté.

Ceux-ci n’étant pas dépendants, ils peinent à trouver une place en Etablissement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) communément appelé « maison de retraite ». Ils souhaitent malgré tout, dans le cas de perte d’autonomie, pouvoir être pris en charge par du personnel qualifié et bénéficier d’activités culturelles, intellectuelles ou encore manuelles.

En outre, les aînés aspirent désormais à garder un certain confort et ne pas se satisfaire d’une chambre d’une vingtaine de mètres carrés.

Les résidences services existent depuis déjà quelques années. Beaucoup peuvent répondre aux besoins des personnes autonomes en offrant des services d’hôtellerie et de confort mais peu en réalité peuvent répondre aux besoins spécifiques des ainés en perte d’autonomie.

Les résidences Heurus viennent donc se positionner clairement en limite de l’exercice des EHPAD. Notre infirmière coordinatrice avec son équipe d’aides-soignantes, proposera l’accompagnement aux gestes de la vie quotidienne au sein de la résidence. L’infirmière coordinatrice assurera le lien entre les différents intervenants médicaux et paramédicaux tels que  le médecin traitant, l’infirmière ou le kiné.